La Justice du tarot est-elle vertueuse ?

Les vertus, les péchés … oups ! Nous voilà dans l’univers du confessionnal. Rassurez-vous, pas de cours de catéchisme au programme. Juste une réflexion de fond sur les vertus / péchés dans le tarot. 

la justice du tarot de marseille est-elle vertueuse ?

Suis-je vertueux ?

Commençons par le plus évident : qu’est-ce qu’une vertu ?
Allo, Robert ?
« 1. La vertu est une force morale avec laquelle l’être humain tend au bien, s’applique à suivre la règle, la loi morale (opposé à vice).
2. Disposition à accomplir des actes moraux par un effort de volonté.
« 

Jusque là, l’amateur de tarot n’aura rien à redire. Quelque part, un pérégrinant usant des arcanes pour devenir un être accompli (que la chose est joliment dite 🤩) ne cherche-t-il pas à devenir vertueux ?

Ci-à-côté : Hendrick Goltzius Les sept vertus, 1588, musée de Genève

Cardinales et théologales

Les vertus sont au nombre de sept.
Le Chariot les cumulerait-elles toutes ? J’en doute et clos les supputations sur le sujet. Au nombre de sept, disais-je : quatre cardinales et trois théologales. Oups, des jolis mots. Késako ?

« Une vertu cardinale est une vertu qui joue un rôle charnière (l’adjectif « cardinal » vient du latin cardo qui signifie « charnière, pivot ») dans l’action humaine, notamment dans la doctrine morale chrétienne, et détermine les autres vertus. Les vertus cardinales sont au nombre de quatre, à savoir la prudence, la tempérance, la force d’âme et la justice.
Une vertu théologale est, selon la théologie chrétienne, une vertu qui doit guider les hommes et les femmes, dans leur rapport au monde et à Dieu. Elles sont au nombre de trois : la foi, l’espérance et la charité. »
(source : wiki)

Les sept vertus à Lisieux

Vous comprenez mieux mon introduction. Oui, nous entrons bien dans l’univers judéo-chrétien. Souvenons-nous que les sources du tarot s’inscrivent bien dans cette spatio-temporalité.
Le détour est donc inévitable pour tout amateur de tarot. Que l’on soit chrétien ou non, déiste ou pas, croyant ou pas.

A Lisieux (qui n’est pas n’importe quelle basilique !), une façade reprend les sept vertus. Je vous avoue trouver les cartes du tarot moins hiératiques. Péché d’orgueil ?

Des cardinales

Ah, j’adore écrire ce mot au féminin pluriel !
Richelieu, Mazarin, Fleury n’ont qu’à bien se tenir à leur chaise percée.
Ben non, ils n’étaient que cardinaux. Je me recadre et vous promets trois Pater et quatre Ave.
Oui, le tarot nous propose bien des vertus cardinales dans son jeu : justice, force et tempérance sont nommées telles quelles.
Il sera donc facile au cherchant d’en établir le mode d’emploi. Valable en tirage aussi ? Bien sûr : le Pape vous bénit pour la question, chère cardinale (aaaargh !).

Par contre, où se niche la quatrième vertu, la prudence ?
Certes, elle trône on ne peut plus fièrement à l’entrée de l’hôtel de ville de Bruxelles, mais dans le tarot ? Plusieurs cartes de tarot numérotées 12, portent ce nom.
Je pense notamment aux jeux inspirés de la tradition égyptienne, Eitella, ainsi qu’à un tarot du 18ème, dont je n’ai malheureusement plus retrouvé la référence, mais dont vous retrouvrez l’illustration ci-dessous.
A vous de voir si cela vous parle. Personnellement, je verrais plutôt le Mât pour la prudence. Mais non, je rigoooole.
A noter que je reviens plus longuement sur les vertus cardinales avec Tempérances (voir aticle).
Illustration ci-à-côté : Rome-fresque des vertus-San Carolo Al Corso

Théologale ?

Les vertus dites, théologales sont d’origine divine. D’où leur nom : la Foi, l’Espérance et la Charité.
Un trio. La tentation serait sympa de les chercher dans une colonne du mandala. Mais laquelle ?

Vous trouverez une réflexion sur les colonnes du mandala dans le blog. En lien avec la théorie des sept rayons, d’Alice Bailey. Ainsi que tout un chapitre dans le livre : Le tarot symbolique, pages 449-510.

la vertu de la prudence dans le tarot
prudence et pendu du tarot

Péché ?

Qui dit Vertus, dit Péchés.
Eux aussi sont au nombre de sept.
Le Chariot les cumulerait-ils tous ? J’en doute et clos les supputations sur le sujets.
Au nombre de sept, disais-je : avarice, luxure, colère, paresse, orgueil, gourmandise et envie.
Se retrouveraient-ils dans le tarot ?
Pas nommées telles quelles, en tout cas.

Partons donc à la chasse aux supputations.

Des péchés (mignons ?)

Ma version serait la suivante : 15/Diable pour les sept péchés capitaux réunis en une seule carte !
► avarice : les griffes sur le denier
► luxure : poitrine et sexe cerclés de rouge, actifs à « crever »
► colère : le noir qui sourd en bas de carte, auquel on est tellement enraciné et attaché
► paresse : les deux diablotins brillent d’une passivité à toute épreuve, mains derrière le dos et mines d’innocent
► orgueil : le diable, à la fois avec son sceptre de feu et son geste de la main triomphant
► envie : la langue pendante
► gourmandise : je dirais bien la même chose, mais en regardant la langue bleue sur le ventre … miam, miam.😋
Carton plein ! Ou arcane rempli.

Le Diable du tarot ou les sept péchés capitaux rassemblés
les sept péchés et leurs liens avec le tarot de Marseille

Quant à l’exercice d’une carte par Péché … c’est plus dur.
Mais je me laisserais bien tenter 😋 par la ligne de – mauvaise – conduite suivante :
* avarice : 3/Impératrice
* luxure : 15/Diable
* colère : 13/ASN
* paresse : 12/Pendu
* orgueil : 7/Chariot
* envie : 3/Impératrice
* gourmandise : V.Beckers 🤣

 

 

Cet article est un extrait inspiré du livre : Le tarot symbolique,

1.420 pages, 2014

Vincent Beckers, le tarot symbolique

Pin It on Pinterest

Share This