Vouivre et réseau tellurique

Je pars du principe que vous avez lu, la légende de la vouivre, dans cet article.

vouivre et réseau tellurique; liens avec le tarot

Origine

Comment se fait-il que dans les lieux sacrés où la vouivre est présente, il règne « une certaine ambiance », diront les profanes, une énergie, prétendront les Initiés, des champs vibratoires oseront les Cherchants ?
Energie, ambiance, vibrations … voilà des mots qui résonnent bien peu aux oreilles des esprits cartésiens. Mais qui nous ramène cependant aux lieux sacrés évoqués en tête de paragraphe, avec ces statues indiquant au Pèlerin qu’il entre dans un lieu vivant.

* photo du dessus : Saint-Benoît sur Loire
* photo du dessous: Manglieu – Auvergne

Vouivre à Manglieu en Auvergne
Vouivre à St Benoit s/ Loire

Géobiologie

C’est ici qu’on aborde le thème de la géobiologie.
La géobiologie, fondée par le professeur Hartmann dans les fifties, a constaté que sur toute la surface du globe coulait un réseau de mailles, courant tellurique, composé de bandes orientées NS/EO et dont la largeur variable pouvait se déformer. Aux endroits où elles se croisent, se trouve une énergie nocive. Mesurable avec des instruments utilisés depuis la nuit des temps. Y rester peut engendrer des effets néfastes pour l’individu. Or, c’est précisément aux endroits où les nœuds telluriques sont les plus puissants que l’on trouve des lieux tels que Khéops, le lac Titicaca, Thiuanaco, le Mont-Saint-Michel, Santiago de Compostella, la Sainte-Baume, Orcival, et quelques centaines d’autres.
C’est aux endroits où l’énergie tellurique est la plus forte, aux nœuds des mailles, que l’homme a, de temps immémoriaux, placé ses sanctuaires !

courants telluriques à Vézelay
menhir et courant tellurique
dolmen et courant tellurique

Entrer en contact

Si les théories géobiologiques sont exactes, je trouverai sûrement un mode d’emploi de l’église, me direz-vous.
Mais comment savoir si un édifice religieux a été construit en fonction des courants telluriques et si la vouivre y coule ?
Mon hypothèse est la suivante : les Compagnons Bâtisseurs et les Imagiers du Tarot employaient les mêmes codes pour montrer au Cherchant la voie à suivre et ce qu’il y avait de caché dans leur Œuvre.
En observant horizontalement et verticalement les porches, façades, tympans et autres narthex, on peut donc vérifier que l’accessit au pouvoir régénérateur de la vouivre était accordé à tout qui savait lire la pierre.
Tout comme la compréhension du mandala du tarot est accordée à tout qui dispose des clés de l’alignement de l’ensemble des cartes.
Le mode d’emploi est donné dès l’entrée. A celui qui a des yeux pour voir, il verra. Pour paraphraser de façon quelque peu osée, un logion de l’évangile de Marie.

Courant du lieu

« Le choix de l’emplacement d’une église se présente comme un mauvais choix, si on en reste au relevé tellurique. (…) Et pourtant, c’est sur un site aussi vibratoirement perturbé que les Anciens plantaient un menhir, érigeaient un dolmen ou construisaient une église. Car leur travail permettait de transformer toute l’énergie négative du lieu, en énergie extrêmement positive et régénératrice pour l’homme. (…) C’est en fait le rôle de l’homme sur cette terre, où il doit capter les énergies telluriques qui montent d’en bas, recevoir les énergies cosmiques qui descendent d’en haut et stabiliser les deux en son centre, pour être ICI. Voilà pourquoi une église opère telle un athanor. »[1]

[1] G.Bonvin, in Eglise romane lieu d’énergie, p. 33

courant tellurique, dolmen et menhir
réseau Hartmann et courant tellurique

Lieu du courant

La vouivre renvoie donc à utiliser les énergies telluriques et les cours d’eau souterrains pour entrer en contact avec les énergies de la Terre et passer à un autre plan de conscience.

Un courant tellurique ressemble à une rivière souterraine avec ses méandres et un sens d’écoulement. Il s’agit d’un flux énergétique qui active les chakras du bas, mesurable par le ressenti. Il provoque l’augmentation du champ vital en soi.
Voilà de quoi vous inviter à visiter les églises, tel un alchimiste spéculatif opérant ses trois Oeuvres.

Depuis la nuit des temps, les hommes ont donc choisi des lieux où la vouivre – courant tellurique souterrain – était puissante pour ériger leurs lieux de culte, endroits où rentrer en contact avec les forces de la terre.
Le menhir, masculin, assimilé au dragon, capte les énergies du soleil et les redistribue la nuit. Tandis que le dolmen, féminin, assimilé au serpent, accumule les énergies de la terre nocturne et les rayonne durant la nuit.
Méditer sur le triskell en pensant à ceci, peut être aussi puissant que la réflexion sur le symbole Yin Yang.

C’est bien souvent sur d’anciens lieux de cultes païens et animistes que se sont construits les sanctuaires chrétiens.

Tel est le cas à Vézelay, pour laquelle vous connaissez ma passion. Au cœur du chœur primaire se trouvait un dolmen. Et je peux vous assurer que lorsque vous vous trouvez dans la crypte, les énergies de la Terre te prennent aux tripes comme un morceau de didgeriddoo qu’on te jouerait sur le ventre !
Endroit magique assurément où la vouivre est encore bien présente.
A Vézelay, la pierre chante ! 
Même si, au nom du prog§res ou de la sécurtié, on  y passe de plus en plus de câbles électriques qui viennent perturber les courants naturels. Profond soupir.
Ceci étant, le jour où vous pourrez le mieux ressentir les énergies de la vouivre dans une église, c’est celui où les Compagnons Bâtisseurs l’ont dédicacée.
A ce moment-là, Terre et Ciel sont unis. Et se trouver au milieu du jeu de quilles est assez phénoménal en matière de ressenti.
A Vézelay, vous êtes littéralement assailli par un chœur de lumière.
Tandis qu’à Amiens, c’est le cœur du labyrinthe qui se voit inondé d’un rayon lumineux d’une précision … oserais-je dire diabolique ?

Mais comment les Bâtisseurs ont-ils pensé à construire « ça-là » ? Ebauche de réflexion en lien avec la carte de l’Hermite à lire ici.

Meillers, en Auvergne.

Petite église romane, porche d’entrée, avec à hauteur du front (troisième œil, escarboucle), un trou dans le mur, avec des rayons en sortant.
De quoi dire à celui qui connaît les codes : ici réseaux telluriques en vue.
Reste alors à savoir par où entrer, afin de cheminer dans le bon sens, et profiter de l’athanor énergétique présent.
Un regard sur les chapiteaux du narthex est toujours indicateur.
Ici, chapiteau de gauche, un être en devenir (encore animal et armé) tente de maîtriser un cheval en allant vers la droite.
La direction du cheval indique la porte à suivre.
Le cheval incarne symboliquement les libinsémopuls, à savoir ce qu’un Pèlerin cherche notamment à vaincre en entrant dans l’athanor de l’église.
Dès fois que ce dernier soit distrait, le sens unique est indiqué.
Ainsi dans le chapiteau de droite, on voit le même personnage que sur le chapiteau de gauche, mais usant de son arme pour combattre le cheval devenu bien plus agressif, avec une tête de volatile, symbolisant le mental, et donc la primauté de la possession des libinsémopuls par la tête sur le corps.
Ce n’est donc certainement pas dans cette direction que l’on pourra bénéficier des effets de la vouivre.
Amusant, n’est-ce pas ? comme aurait dit Desproges.

église romane de Meillers en Auvergne, vouivre active dès le proche d'entrée
église romane de Meillers en Auvergne, vouivre active
église romane de Meillers en Auvergne, vouivre active et combat énergétique en vue
église romane de Thuret, la vouivre y vibre
modillon laissant s'échapper la vouivre

Thuret, Auvergne

Ici, c’est encore plus flagrant, car l’entrée est carrément balisée par un Christ au chakra du cœur ouvert.
Là où le chrétien dira : « oh, comme Jésus était bon et avait un grand cœur, snif snif et ouin et ouin », le Pérégrinant verra la présence d’autant plus forte de la vouivre, avec le fait que son vêtement est plissé, telles des ondes (telluriques bien sûr), mais aussi de par le lemniscate sculpté au cœur de son cœur.
En plus à Thuret, une Vierge Noire, vibrante, est présente au septentrion, à l’entrée du chœur. Généralement, toute Vierge Noire, si elle n’a pas été déplacée, marque LE lieu où l’union des énergies telluriques et solaire est le plus fort. Vierge Noire que je rapproche bien évidemment d’Isis allaitant Horus. (voir chapitre sur la mythologie égyptienne et le tarot, dans : le tarot symbolique)

Des modillons provocateurs.

J’ai lu des travaux (?) qui affirment que les modillons ci-à gauche, tels que j’en ai tant vu en Auvergne, Poitou et Bourgogne, sont des avertissements de ne pas aller uriner à cet endroit. A mourir de rire. Même s’ils sont placés derrière le chœur, lieu se prêtant bien souvent, à se soulager en toute discrétion.
Une lecture symbolique de ceci nous éclaire tout autrement.
Le modillon de gauche évoque la présence de la vouivre. L’être qui est retourné, dans la symbolique romane, c’est celui qui a su inverser son fonctionnement. Qui maîtrise ses libinsémopuls et peut maintenant, avec son arrière-train, soutenir l’église et y apporter sa contribution.
Quant au trou de bal 😱 (oups, pardon), il évoque le point de sortie, le point de fuite de la vouivre de l’église. C’est donc effectivement un endroit très nocif, cfr. ce que je vous disais sur l’emplacement des nœuds telluriques, non corrigés par l’homme.
Et c’est bien évidemment derrière le chœur que s’évacuent toutes les mauvaises énergies dont nous nous sommes déchargés à l’intérieur.
D’où ces modillons aux allures provocatrices.
Parfois, la symbolique est plus riche encore, comme dans le modillon de droite, avec cette femme qui ouvre son sexe comme pour expulser une mauvaise vie ou de mauvaises pratiques. Ou, autre lecture possible, due au fait qu’elle porte l’église avec ses jambes de par le retournement qu’elle a réussi, elle donne naissance à une nouvelle vie.

Melle, Poitou

Dernière illustration, je vous promets, car sinon vous allez vous lassez. D’ailleurs, je vous félicite d’être déjà parvenue jusqu’à ce stade de l’article.💪
Je vous avoue que ce sujet est, avec le tarot, celui sur lequel je pourrais parler pendant des heures; casquette de guide, oblige.
A Melle donc, j’ai rencontré une des plus belles vouivre qui soit. Voyez comme les deux modillons marquent clairement le point d’évacuation des eaux qui circulent en dessous de l’église. Même le mur entre les deux est couvert de moisissure humide. La rigole, ainsi que le cours d’eau tout à gauche témoignent, si besoin en est, de la présence de la vouivre.
Mais la chose la plus exceptionnelle à Melle, c’est que l’église est construite en pente ! On n’y monte pas, comme c’est le cas dans la toute grande majorité des édifices religieux. On y descend. Pour aboutir au cœur du chœur sur une réelle et flaque d’eau : eaux baptismales, judicieusement placées ! D’autant plus fabuleux que la rénovation est bien récente. Il demeure assurément des Bâtisseurs éclairés.
Je vous assure que l’énergie du lieu est extraordinaire. Mais spéciale.

Bon. Mais et le tarot dans tout ça ?
Ce sera court. Clair. Net. Et précis. Où ça ? Ben, ici. 😃

Melle dans le Poitou, un haut lieu où la vouivre coule en abondance
Melle dans le Poitou, là où vouivre et réseau tellurique résonnent.

 

 

Cet article est un extrait du livre : Le tarot symbolique,

1.420 pages, 2014

Vincent Beckers, le tarot symbolique

Pin It on Pinterest

Share This